Catégories
Restauration du Loud

Restauration de la pointe de l’étrave du Loud

Quel plaisir d’avoir pu participer à la restauration d’une toute petite partie du Loud : la pointe de l’étrave.

De passage au chantier pour une mini participation à la peinture du Loud, j’ai entendu demander du bois d’olivier pour restaurer cette partie du bateau. En effet toute la charpente est en olivier, travail magnifique des charpentiers de Kerkennah et Joël Jacques Antoine souhaitaient, dans l’esprit de la restauration, garder le même bois. J’ai pu trouver avec l’aide d’un ami de Nyons 2, 3 jolis morceaux de vieux troncs et les ai ramenés à Sète. Joël bien entouré, s’est lancé étape par étape, sous mes yeux ébahis, dans l’élaboration de la méthode, le découpage des planches, le rabotage, le modelage, le choix du mode de fixation, pour fabriquer ce triangle vital pour l’équilibre du bateau, une sorte de lamellé/collé incroyable.

Ci-après en photos les étapes de cette réalisation.

oliveraie Nyons

Verger de Nyons où l’on a pu trouver quelques beaux morceaux d’oliviers.

Le témoin pour un coup de pinceau « symbolique »

Le Loud face à l’étang, en cure de jouvence. On voit sa charpente en bois d’olivier

Le triangle manquant de l’étrave…

Les bois d’olivier dans lesquels seront taillées les planches

Planches obtenues par sciage rabotage des bois d’oliviers par Joël et les machines à bois diaboliques

Une première tranche et les chevilles

Une 2 ème planchette, chevillée, collée

Voici la 3ème tranche aussi solidement fixée, en resterons nous là ? après discussion entre Jacques et Joël la décision est prise de consulter les archives

Il faut se rendre à l’évidence, Joël se remet au boulot pour obtenir ce profil à fendre la mer.

Quel beau travail, que de cogitations et d’énergie soutenues, aux sources du temps.

Chapeau les artistes !

Léo

16 réponses sur « Restauration de la pointe de l’étrave du Loud »

Super ton article Léo !
Du bois d’olivier pour restaurer le Loud, ça n’a pas de prix !
Merci pour ta contribution.

C’est beau de voir le changement du début de sa restauration à aujourd’hui. Bravo à tous
Prenez bien soin de vous
Amitiés à tous

Renaître tel un Phénix…. par les grâces de la volonté et les mains de l’Homme.
Tout n’est donc pas perdu en ce bas Monde ….

Merci Léo, pour l’olivier d’abord et aussi pour cet article agréable, illustré et pédagogique. Nos adhérents éloignés pourront ainsi suivre pas à pas, la délicate restauration de cette étrave si particulière qui permet au loude de remonter au vent.

Quel bel article, aux illustrations parlantes! Merci de nous redonner foi en l’homme et confiance en l’avenir, en ces temps de doute et d’incertitudes.

Belles photos bien parlantes de ce récit de charpente et d’amitié
puis-je diffuser sous forme pdf ce témoignage de savoir faire dans
la restauration des vieilles embarcations sur ‘open-data Occitanie
merci de me dire votre acord
amitié

Bonjour
un grand plaisir de vous rejoindre dans l’espoir de se réunir autour d’un travail sur le loud du musée de kerkena. On attend seulement que la vie vie reprenne normalement.
je souhaite que vous soyez en bonne santé

« La mer, la mer toujours recommencée! » et ses bateaux de légende qui ont parcouru les océans pour découvrir de nouvelles civilisations…
Bravo à tous qui faîtes revivre ces aventures!

C’est un Phénix… il renaît de ces cendres !!!
Mais c’est par la Grâce, la volonté, la connaissance de ces Hommes qui ont des mains d’Anges. ? Et vlan !!!

Répondre à MORENT LIONEL Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *